Maladies

Maladies

Schizophrénie

La schizophrénie est une maladie mentale, un trouble cérébral affectant la capacité d’une personne à distinguer la réalité et sa propre perception des événements. Elle touche environ 1 % de la population.

 

Règle générale, les symptômes apparaissent graduellement et s’échelonnent sur plusieurs années. Ce phénomène fait en sorte que plusieurs familles n’arrivent pas à déterminer si la personne traverse un moment difficile ou s’il s’agit de quelque chose de plus sérieux.

 

Avant d’obtenir un diagnostic, il est possible que vous observiez des changements dans le comportement de votre proche. Au cours de cette période, dans certains cas, ses activités quotidiennes et son hygiène déclinent. Il est possible qu’il voie ses capacités de penser et de réfléchir se détériorer. De plus, son humeur peut changer fréquemment et, dans les cas les plus graves, la personne atteinte peut avoir des hallucinations et des délires.

 

Dépression sévère et persistante

Lorsque l’on parle de dépression sévère et persistante, il s’agit d’un problème que votre proche ne sera pas capable de surmonter sans obtenir de traitement.

 

Quoiqu’il puisse survenir à tout âge, le premier épisode de dépression apparaît généralement entre l’âge de 25 à 44 ans ; c’est la maladie mentale la plus répandue. On estime que 10 % des hommes et 20 % des femmes souffriront de cette maladie au cours de leur vie.

 

Les symptômes doivent être présents et observables pendant une période d’au moins trois mois. Pendant cette période, votre proche va perdre intérêt pour ses activités habituelles, son appétit et son poids peuvent se modifier, il éprouvera des problèmes de sommeil et une baisse de libido. Il peut avoir la larme facile ou avoir envie de pleurer sans en être capable. D’autres symptômes sont possibles : une modification des sentiments qu’il éprouve envers vous, une perte d’estime de soi, un manque de concentration, une lenteur d’esprit, de l’anxiété, des idées suicidaires et, parfois même, des hallucinations.

 

Trouble bipolaire

Cette maladie est aussi connue sous le nom de psychose maniaco-dépressive. Elle désigne une affection qui comporte deux pôles d’émotions. Il s’agit de sautes d’humeur récurrentes, anormales, persistantes et incontrôlables.

 

La manie comporte des périodes d’excitation et d’euphorie. Au début de la maladie, il est possible que votre proche vous semble plus social, actif, bavard, confiant et créateur, plus qu’à son habitude. À mesure qu’augmente cet état, vous pourrez remarquer une irritabilité extrême, des sautes d’humeur rapides et imprévisibles, une accélération de sa pensée qui fera en sorte qu’il sautera du coq à l’âne avec un débit de parole très rapide. Dans certains cas extrêmes, il peut porter des gestes dangereux contre lui-même ou les autres.

 

Il aura aussi des réactions excessives qui peuvent se traduire par des dépenses démesurées et un manque de jugement. Tout comme lors d’une période dépressive, votre proche peut perdre contact avec la réalité et entendre des voix (dans 15 % des cas). Cette phase peut durer de quelques jours à quelques mois.

 

La dépression correspond à des périodes extrêmes de tristesse. Votre proche peut vivre des sentiments d’inutilité, de désespoir et de culpabilité excessive. Sa détresse peut se traduire par un désintéressement à l’égard de son travail, de ses passe-temps et une perte d’intérêt affectif envers les membres de son entourage. Non traitée, la phase dépressive peut durer quelques jours jusqu’à plusieurs mois. Au cours de cette période, vous pourrez observer des attitudes chez votre proche qui traduiront ses peurs, son anxiété, ses pensées noires pouvant l’entraîner vers une perte de contact avec la réalité. Il peut entendre des voix, avoir des idées étranges et, ultimement, avoir des pensées suicidaires.

 

Trouble obsessionnel-compulsif (TOC)

Le trouble obsessionnel-compulsif est un trouble anxieux qui est caractérisé par des pensées (obsessions) et des comportements (compulsions) embarrassants et indésirables pour la personne qui en est atteinte.

 

Il s’agit d’un trouble de la pensée et du comportement dû à un dérèglement du cerveau. Ce trouble débute lorsque les anxiétés et les incertitudes deviennent des obsessions. Contre sa volonté, la personne voit surgir à son esprit des pensées ou des images de façon répétitive.

 

La personne qui souffre d’un TOC a conscience de l’absurdité de ses pensées ou de son comportement. Sans aide, elle ne parvient toutefois pas à s’en départir ; ces idées et/ou comportements sont incontrôlables.

 

Les obsessions typiques engendrent la peur d’être contaminé, le doute, des pensées récurrentes d’ordre sexuel ou religieux, la peur des microbes, la peur de se blesser, la préoccupation de la sécurité d’autrui, la peur de commettre des actes scandaleux. Quant à elles, les compulsions typiques comprennent la propreté excessive, le classement, le dénombrement, la répétition incessante d’un mot, le besoin de toucher, le besoin de vérifier plusieurs fois et le collectionnisme. La personne en proie à des obsessions tente de se soulager de celles-ci en effectuant des gestes ritualisés compulsifs sans cesse répétés et en y appliquant souvent un ordre, une certaine « méthode ».

 

Trouble de personnalité limite

Le trouble de personnalité limite est une maladie mentale qui génère un mode d’instabilité de l’image de soi, des relations interpersonnelles et de l’humeur. Il apparaît habituellement au début de l’âge adulte. La personne a du mal à supporter la solitude et il met beaucoup d’énergie à éviter les abandons. Le mode d’instabilité de son humeur, de ses relations interpersonnelles et l’image qu’elle peut avoir d’elle-même peuvent, par exemple, se traduire par des gestes impulsifs comme des dépenses exagérées, une sexualité démesurée ou une conduite automobile dangereuse.

 

Votre proche peut avoir des changements d’humeur importants passant d’un état dépressif à un état de grande irritabilité. Il peut faire des colères intenses et inappropriées, commettre des gestes suicidaires et vivre des sentiments permanents d’ennui.

 

 

© La Passerelle